Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 14:34

Tous les produits que nous consommons, dans des univers très divers tel que l’alimentaire, le prêt à porter ou encore l’hygiène, sont détenus par 10 grands groupes que sont : Coca-Cola, Kraft, Nestlé, Procter&Gamble, Pepsico, Unilever, Mars, Kellogg's, Johnson & Johnson et General Mills, en effet, ces sociétés ont la main sur quasiment toute l'industrie de la consommation.

Pour l’alimentaire, 472 marques alimentaires que nous connaissons et que nous achetons au quotidien sont détenues par seulement 10 multinationales dont leurs noms nous sont parfois bien communs : Nestlé, Coca Cola, Pepsico, General Mills, Mars, Mondelez International, Unilever, Danone, Associated British Foods ou encore Kellogg’s. Ces multinationales sont, pour certaines, détenues par les grands groupes présentés ci-dessous.

Les grandes marques qui dirigent notre mode de consommation

Cette conception du commerce rend dont tout boycott entre des marques quasiment impossible car ces marques peuvent être détenues par le même groupe. De plus, d’une certaine manière, même si une marque d’un groupe n’est pas appréciée d’un consommateur, le groupe obtiendra sûrement l’argent de ce consommateur grâce à une autre de ses marques. Nous pouvons donc nous interroger sur le fonctionnement de notre économie car nous sommes censés être dans un marché libre, mais seuls ceux qui contrôlent le marché sont autonomes dans les choix à faire, et leur bon vouloir dicte notre économie.

Pour avoir une idée de l’impact des groupes dans notre vie du quotidien, nous pouvons expliquer certains faits : le groupe Pepsico détient les fast food KFC et Quick, ce même groupe possède la marque Pepsi, c’est pourquoi ces restaurants ne proposent pas de Coca Cola à la vente.

 

Ces groupes sont, certes, ceux qui procèdent le plus de marques mais ils ne sont pas pour autant les plus puissants.

Le graphique ci-dessous illustre bien les bouleversements intervenus dans ce classement depuis 2000 et la prise de pouvoir « fulgurante » d’Apple et Google

Coca cola, qui était jusqu’à présent indétrônable, a dû céder sa place en 2012 pour passer numéro 3 derrière Apple et Google.

Pour autant les groupes ne sont pas les plus appréciés dans le monde, même si leurs valeur et leur notoriété est importante les marques les plus appréciés sont : The Walt Disney Compagny, Yahoo!, Google, Sony...

Les grandes marques qui dirigent notre mode de consommation

Anissa et Alyson

Published by BTS MUC 1 du lycée Charles de Gaulle, Compiegne - dans Articles des étudiants
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 14:27
Le marchandisage de luxe

Lors de notre sortie parisienne, nous avons eu le privilège d’assister à une conférence se déroulant au siège social du service relation clientèle de PSA-Citroën. Puis nous avons visité les Champs Elysées, pour observer premièrement le marchandisage de séduction d’Abercrombie and Fitch et ensuite pour observer le marché des magasins de luxe. Nous avons dû choisir deux vitrines de l’avenue Montaigne, que nous avons due analyser. Voici notre analyse :

Nous avons d’abord analysé la vitrine des magasins Gucci et Dolce Gabanna :

« Les vitrines de l’avenue Montaigne soit Gucci et Dolce Gabanna sont très représentatives de la boutique.

Concernant la vitrine de Gucci, on voit qu’elle est très épurée et aux couleurs se rapportant à la marque, on y voit du doré ce qui peut avoir une connotation au monde du luxe. De plus la vitrine est sobre, et très peu éclairée.

Pour la vitrine de Dolce Gabanna, la vitrine est aussi faite à l’image de l’enseigne. Contrairement à celle de Gucci, est beaucoup plus remplie et ainsi beaucoup plus colorée. Mais elle reste très éclairée et à l’image de la marque : luxueuse.

Les deux vitrines montrent leur communication sur leur offre, leur spécialité et surtout dévoile leurs nouveautés. »

Le merchandising interne :

Le design de la boutique: Sol beige, murs clairs, gris et blanc, les matériaux utilisés sont le bois pour les meubles qui contraste avec le reste du magasin, mettant en valeur les produits. L’ambiance est épurée, les lumières sont tamisés et des projecteurs sont utilisés dans la boutique pour mettre en lumière les produits. L’ensemble de ces éléments rappellent le marketing sensoriel et permettent de définir le positionnement de la boutique ambiance, tendance et urbaine.

L’organisation de la boutique: il s’agit d’une circulation libre qui correspond à une volonté d’organisation d’espaces. Cela permet de stimuler plus facilement l’achat d’impulsion car le client ne se sent pas sous pression lors de son avancée dans le magasin. Cela permet par ailleurs de ne pas perdre d’espace et d’avoir des vendeurs plus ouvert car non assignés seulement à une partie du magasin. »

Nous avons ensuite fait une analyse de son marchandising externe puis interne :

Analyse du merchandising :

 

Merchandising externe :

Le nom de la marque visible ici juste au-dessus de l’entrée grâce à une enseigne lumineuse. Le type d’offre proposé au sein de la boutique visible grâce à la vitrine mettant en scène les produits phares de la collection. Le niveau des prix pratiqués au sein de la boutique  visible grâce à l’affichage des prix des produits en vitrine. Le positionnement de la marque visible toujours grâce à la vitrine et à la mise en scène des produits.

Dany et Margaux

Published by BTS MUC 1 du lycée Charles de Gaulle, Compiegne - dans Articles des étudiants
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 13:56
La marketing sensoriel chez Abercrombie and Fitch

Dans le cadre d’une sortie à Paris, nous avons pu visiter l’enseigne Abercrombie&Fitch. Dès l’entrée, nous avons remarqué que le marketing sensoriel est très développé. En effet, cette technique fait agir les 5 sens des clients. Cela influence leur comportement d’achat et favorise l’aspect cognitif et affectif car cette expérience reste dans l’esprit des clients. De plus, ce marketing déclenche la curiosité des clients, par exemple, la grille du magasin qui est très luxueuse et attirante. Ensuite, ce type de marketing est susceptible d’attirer de nouveaux clients. Enfin, cela peut traduire l’identité de la marque et développer son image et permettre un avantage concurrentiel.

Nous pouvons souligner qu’il y a 5 aspects du marketing sensoriel :
Il y a le marketing Sonore, lié à l’ouïe, qui se traduit par une musique rythmée dégageant une impression de détente. Malgré cela, le son est trop élevé chez Abercrombie&Fitch.
Le marketing Tactile, lié au toucher, qui se caractérise par la possibilité de toucher les produits, de les essayer, pour voir la qualité des produits. De plus, la moquette au sol développe une sensation de confort.
Le marketing Olfactif, lié à l’odorat. Nous pouvons souligner le fait que chez Abercrombie&Fitch, dès l’entrée, il y a une forte odeur de parfum qui est agréable mais trop présent ce qui peut devenir incommodant.
Le marketing visuel, lié à la vue, est très présent chez cette marque. En effet, il y a un paradoxe entre différents aspects du magasin. Les multiples miroirs donnent un effet de profondeur et font que le client est obligé de voir les produits peu importe où il regarde. Le fait que l’espace soit ouvert suit ce procédé. Ensuite, le paradoxe est dû au fait que le sol et la lumière sont sombres. De plus, les décors sont luxueux, chic. Ensuite, les vêtements sont rangés de façon coordonnés selon leurs couleurs.
Enfin, le marketing gustatif, lié au goût, n’est pas présent dans cette boutique. Mais elle peut se définir par les dégustations gratuites des produits alimentaires ou lorsque le magasin offre aux clients des pâtisseries ou autre.

Laetitia et Amandine

Published by BTS MUC 1 du lycée Charles de Gaulle, Compiegne - dans Articles des étudiants
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 17:15

Ce sondage a été réalisé à partir des choix d’orientation d’anciens étudiants de BTS MUC des deux dernières promotions du lycée Charles de Gaulle, donc, des étudiants ayant obtenu leur diplôme en 2014 et 2015.

Les diplômés de ce BTS partent en grande majorité en licence (43%) ou décident de se lancer dans la vie active (24%).

Cependant des orientations plus diverses sont possibles, en effet, certains choisissent de faire des formations (complémentaires ou sportives) pour se rediriger vers une passion ou pour continuer dans le cursus commercial (9%).

D’autres étudiants ont préféré passer des concours pour entrer en gendarmerie, s’inscrire en DUT, en CAP ou dans une école de commerce.

D’autre part, le choix de certains diplômés d’avoir fait une licence vise, par la suite, à intégrer une école de commerce, ou effectuer un Master afin de faire un BAC +5. Toutefois, certains étudiants arrêtent leurs études à la licence afin d’avoir un BAC +3.

Que peut-on faire après l’obtention du BTS MUC ?

Alyson, Audric, Corentin

Published by BTS MUC 1 du lycée Charles de Gaulle, Compiegne - dans Quoi faire après le BTS MUC Métiers - orientation
commenter cet article
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 14:30

Nous avons regardé une vidéo sur l’attention (brain games) le mercredi 25 novembre 2015.

Nous avons tout d’abord vu plusieurs démonstrations d’un magicien pour nous prouver que l’Homme ne peut pas, ou a du mal à faire plusieurs choses à la fois.

Dans un premier temps, le magicien a détourné notre attention en la focalisant sur ses mains. Derrière des objets du décor avaient été changés de place sans que l’on ne le remarque.

Ensuite, il nous a montré la technique des « pickpocket » qui consiste à dérober les objets personnels de personnes sans qu’elle ne s’en rende compte en détournant son attention sur des petits détails.

Le magicien a pris des personnes qui étaient des cobayes pour réaliser l’expérience. Il arrivait à prendre le téléphone, l’écharpe, le porte- feuille ou la montre des personnes juste en détournant leur attention.

Puis nous avons vu une autre expérience qui consistait à faire conduire une personne tout en lui faisant résoudre des problèmes et retenir des mots pour prouver que sa conduite serait déstabilisée afin de prouver une nouvelle fois que le cerveau humain a du mal à se concentrer sur plusieurs activités à la fois.

Enfin, les dernières expériences étaient de lire des mots indiquant des couleurs, ces mots étant inscrits avec un fond d’une autre couleur que celle indiquée. Par exemple il y avait écrit la couleur « jaune » écrite en « vert », cela prouvait que l’on avait plus de mal à déchiffrer les couleurs si le fond n’était pas de la même couleur.

La seconde et dernière expérience était de regarder un groupe de hip-hop danser et de compter le nombre de fois que les danseurs s’introduisaient dans les ronds placés sur la scène. Le problème est que le but principal était que le public arrive à remarquer le pingouin qui était passé à l’arrière de la scène et seulement la moitié du public l’a remarqué.

Pour conclure, toutes ces expériences nous prouvent que nous n’arrivons pas forcément à tout capter. Le cerveau ne capte vraiment que ce qui lui parait le plus intéressant sur le moment et ne voit pas le reste autour.

Le cerveau fonctionne à 12Watts soit 1/3 d’un réfrigérateur et a beaucoup de mal à se concentrer sur plusieurs tâches à la fois. Le cortex préfrontal et le lobe pariétal traitent parfois les mêmes informations c’est pour cela que l’on prend plus de temps à répondre ou à effectuer une tâche ou une activité.

Conclusion : pour bien communiquer, il faut être bien concentré !

Anissa A. et Alexandre S.

Published by BTS MUC 1 du lycée Charles de Gaulle, Compiegne - dans Articles des étudiants
commenter cet article
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 17:13

Qu’est-ce qu’un restaurant d’application ?

Le restaurant d’application est un restaurant où l’accueil, la cuisine, le service, est effectué par des étudiants en BTS Hôtellerie/restauration afin de préparer les étudiants à l’examen final. Les conditions sont les mêmes que dans un restaurant « normal », il y a de vrai clients avec des exigences peut-être moindres car il faut être indulgent dans ce genre d’établissement où il faut parfois être patient, ne pas pouvoir choisir son plat et devoir réserver longtemps à l’avance.

Mais le service et les plats sont dignes d’un restaurant 3 étoiles, les serveurs, cuisiniers et autres sont tous habillés de façon professionnelle.

L’ambiance était conviviale, tout le monde partage un moment sympathique. Dans notre cas nous y sommes allés avec les 35 élèves de notre classe et 3 professeurs, l’occasion pour nous d’être ensemble dans un autre cadre que celui des cours et de pouvoir discuter, échanger et rigoler.

Nous avons réalisé une enquête de satisfaction pour savoir si les clients (camarades et professeurs) ont été satisfait par le repas en général, pour ce faire nous avons élaboré un petit tableau indiquant différents points (Service, repas, prix..) et leur avons demandé de mettre pour chaque une note allant de 1 à 5, 1 étant la moins bonnes note et 5 la meilleure, nous leur avons aussi demandé de mettre un avis général sur le restaurant d’application et ce qui en est ressorti.

En ce qui concerne les notes la moyenne tourne autour de 3,5/5 pour le service, 3,4/5 pour la qualité du repas et 3,3/5 pour le rapport qualité/prix.

Dans l’ensemble, nous avons eu un bon repas, un bon accueil.

Rendez-vous au prochain repas !

Thomas B., Imen B.

Published by BTS MUC 1 du lycée Charles de Gaulle, Compiegne - dans Articles des étudiants
commenter cet article
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 17:02

La communication c’est avant tout « apprendre à échanger » c’est-à-dire donner son point de vue,savoir convaincre l’autre, utiliser un vocabulaire adapté par rapport à l’interlocuteur que l’on a en face de soi, permet de maîtriser son stress.

Pour adapter son vocabulaire à l’interlocuteur, il faut utiliser l’analyse transactionnelle : elle se distingue en 3 états :

L’état parent : un état qui critique, qui juge, qui dirige, qui dévalorise etc.

L’état adulte : un état qui analyse, qui réfléchit, il demande, il évalue etc.

L’état enfant : qui s’adapte et/ou se dévalorise, qui prend le contre-pied et se révolte, qui s’exprime spontanément ses envies et ses émotions.

Nous avons également étudié d'autres théories telles que la Programmation Neuro Linguistique.

Pour bien communiquer, il faut avoir « une écoute active » afin de ne pas faire de contre-sens.

Durant nos heures de cours de communication, nous apprenons à bien communiquer par le biais de vidéos qui nous permettent de voir les éléments à faire et à ne pas faire. De plus, nous effectuons des jeux et des mises en situation afin de communiquer. Par exemple, un exercice consistant à communiquer sans gestuelle mais uniquement avec la parole. Un autre exemple : nous avons eu l’occasion de participer à un débat entre étudiants avec des avis différents afin de mettre en application nos cours.

Ces heures de communication vont aussi nous servir pour notre stage en entreprise, bien communiquer avec la clientèle ou notre responsable et collègues.
Cela peut nous servir aussi pour notre futur à assimiler dès maintenant les bonnes bases de la communication pour montrer une bonne image de nous rien qu’en communiquant.

Camille W., étudiante de BTS MUC première année

Personnellement pour moi la communication sert à bien s’exprimer envers des professionnels, mais aussi à maîtriser mon stress car je suis très stressée.

Tiffayne M., étudiante de BTS MUC première année

Je trouve que la communication est une bonne matière car elle nous permet de mieux communiquer lors d’entretiens avec des professionnels.

Gaëtane M., étudiante de BTS MUC première année

Les cours de communication sont un moyen de savoir utiliser le vocabulaire spécifique aux entreprises que l’on peut rencontrer dans le cadre de notre scolarité. Ainsi que sur le terrain grâce à nos périodes de stages.

Murat C., étudiant de BTS MUC1

La communication est une matière très intéressante qui nous permet d’adapter un langage professionnel ou correct pour le monde pro ou alors la vie de tous les jours. C’est une matière qui donne envie d’y aller car les cours se passent sous forme de jeux où tout le monde participe, cela rend le cours attractif.

Camille, Gaëtane, Tiffayne, Murat

Published by BTS MUC 1 du lycée Charles de Gaulle, Compiegne - dans Articles des étudiants
commenter cet article
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 16:22

La communication media regroupe l’ensemble des actions de communication publicitaire sur six grands media publicitaires qui sont :

  • La télévision
  • La presse
  • L’affichage
  • La radio
  • Le cinéma
  • Internet

Elle s’oppose à la publicité hors media.

Depuis les années 2000 la publicité sur internet s’est développée, on assiste à la digitalisation, ce système consiste à la numérisation des documents pour les sauvegarder sur un support informatique, tous les types peuvent être digitalisés comme les vidéos, les photos, les bandes sonores ou encore les écrit papiers.

La digitalisation est de plus en plus présente dans la vie de tous les jours, elle peut se faire du point de vente c’est à dire avec des bornes interactives situé dans le magasin ou des applications appropriées à l’enseigne.

Elle peut également se faire avec le parcours client c’est à dire le développement de vitrine numérique dans les magasins, de QR codes qui peuvent être scannés avec une application, le marketing gélocalisé qui envoie un mail automatiquement a l’approche d’un magasin fréquenté, le catalogue en ligne sur le site de l’entreprise ou encore le paiement en ligne également sur le site.

La numérisation possède certains avantages, que ce soit pour les entreprises ou les clients.

Pour ce qui est des clients :

Une consultation facile et accessible, plus d’accès au public, et donc une recherche plus simple et rapide des informations, sur les produits par exemple.

L’information qui est numérisée, peut être transportée de diverse façon, que ce soit à consulter sur un téléphone, un ordinateur, ou via des moyens de stockage (clé USB, Cloud...).

Pour ce qui est des entreprises :

Une information en ligne qui peut être directement consultable auprès de tous les membres l’organisation, des prospects et des clients.

A travers la récolte d’informations, pouvoir les stocker en grande quantité, et réagir plus rapidement face aux besoins des clients.

D’éviter les coûts de stockage, d’impression et de distribution tout en assurant une reproduction illimitée.

Pourvoir conserver en toute sécurité chaque archive électronique et donc une préservation de l’authenticité des documents originaux.

Mais aussi quelques limites, qui s’axent autour de la confusion. Les clients qui eux, ont accès à un amas d’informations, peuvent se retrouver perdus quant à la fiabilité. De plus, la récolte d’informations qui est devenue importante pour les entreprises, crée un « harcèlement » chez les clients, qui sont touchés, la plupart du temps par les différents moyens de communication qu’usent nos chères entreprises.

AVANT : Service Client

Lorsque l’on avait une question, on appelait rarement le Service Client de l’entreprise car cela prenait du temps et la réponse était préétablie.

APRES : Mais grâce à la digitalisation, le Social Media Management fait que l’on peut poser nos questions sur les réseaux sociaux et la réponse vient presque instantanément. Ce travail titanesque est fait par le Community Manager. Il s’occupe de répondre à chaque tweet, chaque post afin de faire changer les commentaires négatifs en positifs. Les réponses sont adaptées à la personne, au langage, etc…

AVANT : Appels clients

L’appel clients est une méthode qui consiste à aller chercher le client grâce à des spots TV, cold calls, des mails et autres. C’est un moyen qui est assez peu apprécié étant donné que les clients se sentent souvent « harcelé » à cause des appels téléphoniques agaçants et d’être ensevelie sous les mails.

APRES : Le Blogging

Actuellement, le blogging se développe, c’est-à-dire que l’on ne cherche plus à aller vers le client mais de faire venir le client à l’entreprise. Par exemple, lorsque l’on fait une recherche internet pour trouver un ordinateur, les premiers liens sont des entreprises comme Boulanger, Darty, Fnac, etc…

AVANT : Données socio-démographiques

De nombreuses agences continuent à utiliser une démarche qui est obsolète qui consiste à faire de la publicité à sens unique (affichage, spots radio, télévision). Ces agences donnent des informations chiffrés qui ne sont pas celle de l’entreprise mais des informations provenant de données démographiques, de statistiques de téléspectateurs, etc.

APRES : KPIs

Dans le monde actuel du marketing digital, tout s’inverse. Les informations proviennent des Key Performance Indicators qui disent comment fonctionne réellement votre affaires grâce aux réponses à ces 3 questions :
Comment votre audience arrive sur votre site en ligne ?
Où se trouvent vos clients sur le Web ?
Quelle technologie permet à vos clients d’accéder à votre site ?

Les informations proviennent donc de ces enquêtes et plus des publicitaires.

La digitalisation n’est encore qu’un embryon mais elle a déjà eu un impact important car elle facilite la communication avec les clients et permet d’avoir des informations claires et utiles toute en étant sécurisé.
Elle a également permis de créer de nouveaux métiers comme le Community Manager, responsable e-commerce, Social Media Manager et d’autres.

Jade N., Amandine et Camille C.

La digitalisation
La digitalisation
Published by BTS MUC 1 du lycée Charles de Gaulle, Compiegne - dans Articles des étudiants
commenter cet article
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 16:07

Les étudiants sont souvent partagés entre deux options : faut-il entrer sur le marché du travail après le Bac +2 ou bien faut-il tenter une formation en licence professionnelle ?

Le BTS a pour vocation de former des étudiants opérationnels immédiatement. Mais la volonté de poursuivre est aussi grande que l’offre de formation est développée.

Les étudiants ont alors de nombreuses questions : le salaire sera-t-il meilleur ? Vont-ils accéder à de meilleurs postes en entreprise ? Les réponses apportées sont personnalisées en fonction de chaque profil d’étudiant mais lorsqu’un étudiant est motivé pour poursuivre ses études, l’équipe enseignante doit le conseiller sur la licence adéquate.

Les licences professionnelles adaptées après un BTS MUC sont nombreuses et proposées par différentes organisations.

Ainsi, la faculté d’Amiens offre des licences adaptées à la poursuite d’étude en :
- Licence Développement Commercial et Gestion des Echanges (DCGE) : IUT de Beauvais
- Licence Responsable Univers de Consommation (RUC) : IUT d'Amiens
- Licence Création, Reprise et transmission d’Entreprise ou d’Activité (CREA) : IUT d’Amiens et de Beauvais
- Licence conseiller gestionnaire de clientèle de particuliers : IUT d'Amiens
- Licence Assistant export PME PMI : Faculté d'économie d'Amiens

Des licences dans d’autres académies peuvent répondre à des besoins plus spécifiques de formation :
- Licences proposées par le CNAM Picardie
- Licence Commerce International : Institut Guynemer (Compiègne) en partenariat avec l’Université Catholique de Lille.
- Licence professionnelle gestion Touristique et Hôtelière, IUT de Longuenesse (62)

La liste des licences professionnelles n’est pas exhaustive et d’autres formations excellentes existent.

Quelle que soit la licence choisie, les étudiants doivent compléter un dossier dans les délais afin de ne pas rater les dates d’inscription.

La licence professionnelle nécessite un travail régulier et une implication sans failles.

Avis aux futurs BTS ! Les licences professionnelles recrutent prochainement !

L’équipe pédagogique

Published by BTS muc du lycée Charles de Gaulle, Compiegne - dans Quoi faire après le BTS MUC Métiers - orientation
commenter cet article
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 15:59

Les tables rondes sont des réunions, débats ou concertations qui se déroulent sans distinction ou hiérarchie entre les participants, dans un souci d’égalité et de libre d’échange d’opinions.

Cette réunion peut être libre, ou fermée selon les objectifs fixés :

Libre : Sujet non défini, et discussion sur tous les thèmes abordés par les membres présents.

Fermée : Le sujet est bien défini et ne peut être dévié pour des raisons d’objectivité.

Nous avons eu l’opportunité de participer à une de ses concertations le 12 novembre 2015 dans l’enceinte de Carrefour. Deux responsables de l’entreprise nous ont accueillis afin de réfléchir sur différents sujets, positifs ou négatifs, mais qui permettait d’avoir une réflexion sur d’éventuelles améliorations à apporter.

Le thème était donc libre, et pouvait traiter de tous les éléments se rapportant à l’enseigne Carrefour mais l’observation de l’entreprise a été effectuée au préalable afin d’avoir des avis relativement professionnels, et des critiques objectives.

Par ailleurs, les objectifs poursuivis lors de ces tables rondes étaient, dans un premier temps, d’avoir l’avis de différents individus et de pouvoir réfléchir aux capacités d’améliorations, ainsi qu’au potentiel de l’entreprise. Dans un second temps, les objectifs pour nous, étudiants, étaient de côtoyer des professionnels afin d’avoir des échanges sur les attentes que peuvent avoir les clients, mais également les collaborateurs.

Dans son contenu, nous avons commencé avec un brainstorming, qui nous a permis de ressortir plusieurs idées principales parmi lesquels se trouvaient :

  • Les actifs (mobilier et immobilier)
  • Le personnel
  • Le drive
  • Les produits
  • La signalétique
  • Les caisses

Nous avons analysé les points faibles et points forts du magasin accompagnés par la justification et explications des actions et des choix effectués.

Les résultats ont été les informations qui pourront être utilisées par l’entreprise afin d’apporter des améliorations à l’unité commerciale. De notre côté, cela nous a permis d’avoir des informations sur le fonctionnement de Carrefour dans sa globalité.

Les tables rondes sont donc un excellent moyen d’obtenir des informations issues de clients, de professionnels, ou de tout type de personne qui n’a que pour seul objectif d’assurer la satisfaction et la fidélisation du client.

Gwenaëlle C. , Amandine D., Baptiste D.S., Florent L.

Tables rondes de Carrefour : un exemple d’enquêtes qualitatives
Published by BTS MUC 1 du lycée Charles de Gaulle, Compiegne - dans Articles des étudiants
commenter cet article